[dropcap1]I[/dropcap1]l est très courant d’associer l’automobile de prestige et la haute horlogerie. Plusieurs raisons à cela. Bon nombre d’horlogers de renom ont une déclinaison automobile de leurs créations, beaucoup d’entre eux ont aussi été sponsors de courses et d’écuries automobiles et ont vu les plus grands pilotes porter leurs derniers modèles. La mécanique embarquée dans une montre haut de gamme n’a rien à envier à l’automobile et se rapprocherait parfois davantage de l’aéronautique ou de l’aérospatiale. Enfin s’il est un bijou que l’homme se plait à porter sans vergogne, c’est bien une montre.

Pour la premier fois Bernard Richards ouvre les portes de sa manufacture. Alors partons visiter ensemble l’antre de la production horlogère Française: BRM.

Emotion Auto Prestige organise cet événement quelque peu inhabituel et ce sont avec nos voitures préférées que nous engageons cette journée ensoleillée. Le rendez-vous est fixé place de la Concorde pour un départ groupé qui nous fera quitter Paris par les Champs Elysées et rejoindre le Vexin à environ 50 kilomètres. Je ne puis m’empêcher de penser que dans quelques jours, le 1er mai pour être précis les KB RossoCorsa V partiront également de cette place pour remonter la plus belle avenue du monde.

Les voitures se regroupent minute après minute pour former un lieu d’attraction touristique où ces belles voitures sont la cible de toutes les convoitises, photographies, rêves et émerveillements. C’est aussi cela le plaisir de posséder une voiture de prestige. Un pur bonheur.

Nous ne passons décidément pas inaperçus et attirons les corbeaux de toute aile! Quel point de vue pour cet invité surprise!

10h15: le départ est sonné (ou plutôt est croaillé). Nous rejoignons par les grands axes puis les petites routes Magny-en-Vexin là-même où se situent les locaux de Bernard Richards Manufacture. Les premiers tours de roue dans le Vexin sont un vrai plaisir et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. A 11h notre convoi s’immobilise devant la manufacture BRM. Bernard Richard en personne nous accueille.

L’homme averti repère les montres au poignée de chacun et bien sûr ses clients BRM!

En temps normal, la manufacture BRM est fermée le week end. Bernard nous fait l’immense plaisir de nous ouvrir avec en prime 3 de ses fins ouvriers qui ont acceptés de prendre sur leur temps personnel pour être présents et nous dévoiler leur savoir-faire. Merci à tous.

Inutile de vous dire que nous avons de toutes les façons à faire à des passionnés et cela se ressent à chaque instant. Le travail bien fait selon l’état de l’art, les hautes technologies, les matériaux nobles, le façonnage de précision, tous les ingrédients sont réunis pour un produit de qualité. Bernard ne survend pas sa marque mais nous l’expose sous l’angle de la différenciation dont la principale est l’usinage dans la masse.

On ne recherche ici rien d’autre que la perfection bien loin d’une productivité qui veut inonder de produits le marché. Pas plus de 2000 pièces sortent de cette manufacture autour de 20 modèles entièrement configurables et personnalisables à souhait.

Les boitiers sont usinés par enlèvement de copeaux directement depuis des barres de titane de 3 mètres de long. La haute horlogerie implique une précision depuis le tronçonnage de la matière première jusqu’à l’assemblage final de la montre. Rien ne peut être laissé au hasard, tout est calculé.

A Magny-en-Vexin, on usine et on assemble. Les verres saphir, les mouvements automatiques ETA ainsi que les bracelets cuir ou caoutchouc sont faits par d’autres qui en ont faits leur spécificité. Nous ne verrons aujourd’hui “que” l’usinage, la zone d’assemblage est fermée à mon grand regret. J’aurais tant voulu suivre dans sa totalité le parcours d’une montre BRM. Oui, on en veut toujours plus mais seule la passion anime cette réflexion.

L’homme, au demeurant très sympathique et passionné par son métier (et accessoirement les belles voitures) nous fait la primeur de présenter les plans de sa future création. L’anecdote vaut son pesant de titane. Les mains au volant de sa voiture Bernard frustré de ne pas voir l’heure, travaille alors sur un concept de montre perpendiculaire au poignée en forme de tableau de bord. Une idée en son temps visitée par Bugatti mais de façon confidentielle.

On travaille aussi sur des modèles de montres plus légères en polycarbonate à base de Makrolon® dont l’autre avantage pour l’horlogerie est sa résistance thermique entre -135 et +135°. On retrouve cette matière dans l’automobile.

Avant de finir cette visite et poursuivre notre balade dans le parc naturel régional du Vexin Français, voici un diaporama de la manufacture.

[image_gallery transition=”fade” height=”400″ width=”550″ autoplay=”false”]
[image src=”https://www.mechanicsinmotion.fr/wp-content/uploads/2011/04/DSC_1517.jpg” ]

[image src=”https://www.mechanicsinmotion.fr/wp-content/uploads/2011/04/DSC_1515.jpg” ]

[image src=”https://www.mechanicsinmotion.fr/wp-content/uploads/2011/04/DSC_1519.jpg” ]

[image src=”https://www.mechanicsinmotion.fr/wp-content/uploads/2011/04/DSC_1522.jpg” ]

[image src=”https://www.mechanicsinmotion.fr/wp-content/uploads/2011/04/DSC_1526.jpg” ]

[/image_gallery]

Nous quittons la manufacture BRM et Magny-en-Vexin pour rejoindre à quelques kilomètres la commune de Genainville, lieu de notre déjeuner. Je ne peux que vous recommander notre lieu de villégiature et cette halte restauration. Le restaurant “Fish & Frog” nous accueille avec simplicité, chaleur et dans un cadre absolument magnifique que le soleil radieux émerveille. Au bord des étangs des moines, sous un barnum à deux pas de l’eau, le chef nous sert une cuisine simple et efficace sans nous ruiner. retenez cette adresse si vous décidez de (re)découvrir le Vexin.

Un large parking ombragé nous permet non seulement de garer nos voitures en toute sécurité mais en plus de les admirer!

Aux premières loges, la démoniaque Lamborghini LP670-4 SV de Marcel qui vaut bien à elle seule quelques photos et une place de premier choix.

Non content de nous faire visiter sa manufacture, Bernard Richards se transforme en guide et nous ouvre les routes d’une région qu’il connait bien: le Vexin. Situé dans le Val d’Oise, au nord de l’autoroute A13, le Vexin s’étend de Cergy Pontoise aux limites de l’Eure.

Les routes sont magnifiques d’autant que nous empruntons les plus petites d’entre elles, les moins fréquentées de quoi exprimer les chevaux de nos automobiles! Mais notre équipe reste raisonnable en respectant les conseils avisés de Bernard.

Notre petit périple se termine au château de Romesnil situé dans l’Oise à la limite du Val d’Oise. Le temps de bavarder, de remercier chaleureusement Bernard Richards pour tout, et de dire à bientôt aux participants que déjà une partie du groupe décide de finir la journée à Deauville…trop pour moi, je profite pour rentrer à rythme de sénateur et de profiter une dernière fois de ces belles routes et de cette belle région. Oui je dois l’avouer, ce fut une bien agréable journée où nous en avons pris plein les yeux!