Ferrari F430 spider, 14 mois de bonheur ?

Vous avez été nombreux à me demander un retour d’expérience après plus d’un an au volant de ma Ferrari F430 spider ! J’ai mis un peu de temps à répondre à la demande mais c’est chose faite.

La F430 spider fait-elle oublier plus de 3 années au volant d’une F355 berlinetta ? Que doit-on retenir des sensations à bord d’une F430 ? Quels sont les coûts d’entretien d’une telle machine ? Rassurez-vous, vous saurez tout !

Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de lire le Roadtrip lors de la livraison, je vous invite à lire l’article.

J’entends souvent dire que la première Ferrari reste un moment inoubliable et si par chance on fait l’acquisition d’une autre Ferrari, la saveur est atténuée. C’est un peu vrai, si ce n’est que la saveur n’est pas atténuée, elle est différente.

Elle est différente parce que les circonstances sont différentes. Lors de l’acquisition de ma Ferrari F355 berlinetta, c’était tout d’abord un rêve de gosse qui se réalisait mais aussi et surtout la découverte d’un monde automobile qui jusque là m’était inconnu.

Ferrari F430 spider F1 - 14 mois-2

Lors de la livraison de la F430 spider à Frankfurt en juin 2014, les sentiments étaient autres. Je passais tout d’abord d’une voiture qui approchait les 20 années à une automobile très moderne qui n’en avait que tout juste 6. Entre le deux modèles la 360 modena est passée par là. Souvent lors des sorties je contemplais les autres F430 et admirais la réussite incontestable de ses lignes. Là j’admirais la mienne et c’est toujours différent, nous le savons tous.

D’un côté plus pragmatique, c’est la première fois que je mettais autant d’argent dans une automobile bien conscient encore de ma chance mais aussi sur la retenue à l’idée de prendre la route. Vais-je assurer ? N’est-ce pas trop pour moi ? Fort heureusement ce jour là je n’étais pas seul.

Ensuite, et je vous surprendrai certainement, c’était (presque) la première fois que je montais dans un cabriolet. A croire que le destin ait voulu que j’attende le graal pour vivre la conduite cheveux au vent.

Ferrari F430 spider F1 - 14 mois-6

Venons-en aux faits !

Sur les premiers instants, on se demande inévitablement si on a choisi le bon numéro et s’il est irréprochable. Comme je vous l’écrivais dans le précédent article, il est urgent de prendre son temps. Mais est-ce suffisant ? N’étant pas un professionnel de l’automobile et encore moins de la mécanique, je prends un risque à acheter à l’étranger, loin des conseils avisés d’un professionnel.

Ce fut certainement une première étape clé lorsque la voiture, mise entre les mains d’un professionnel s’est révélée quasiment irréprochable. Là ma réaction après celle du soulagement fut de me dire que j’allais avoir beaucoup de plaisir. Déjà les 600 premiers kilomètres qui séparaient Frankfurt de Paris m’ont mis la puce à l’oreille…comment un être humain est-il capable de concevoir un tel engin. Il semble que la firme de Maranello ait ici un secret bien  gardé.

Ferrari F430 spider F1 - 14 mois-3

La voiture comptabilisait 18 700 kilomètres lors de son acquisition. Elle compte maintenant 23 000 kilomètres et rien à faire sur l’auto qui inexorablement tourne comme une horloge, réagit au quart de tour, rugit à souhait, hurle quand on l’y appelle. La Ferrari F430 est très joueuse, elle vous appelle au jeu, elle en redemande. Car cette automobile est avant tout un moteur incroyablement efficace. Le V8 de 4.3l qui développe 490 ch DIN est très coupleux, très élastique et force est de constater qu’il n’est nullement nécessaire de monter dans les tours pour avoir de belles sensations. L’ouverture des valves à l’échappement s’effectue dès lors qu’on titille légèrement l’accélérateur et là c’est le firmament. Si dieu existe, il roule en cheval cabré c’est sûr !

Ferrari F430 spider F1 - 14 mois-5

C’est la force de cette Ferrari F430 : le plaisir sans pour autant monter dans les tours. C’est une énorme différence avec la F355 qui saute aux yeux. Pour autant la sonorité du V8 de la F355 n’a pas à rougir de la F430. C’est juste très différent comme, semble t-il toutes les Ferrari. Ce plaisir est exacerbé par le fait de ne pas avoir de toit. Le son envahit l’habitacle de suite, et lorsque l’on goûte à ce plaisir intense, je pense très difficile le retour vers une version coupé …

La boîte mécanique ? oubliée ! D’une conception résolument moderne, la F430 a été conçue pour la boîte F1. Pour avoir eu l’occasion d’essayer les boîtes F1 des F355 et 360 modena (y compris la Challenge Stradale), ce n’est vraiment qu’à partir de la F430 que ces boîtes sont jouissives, rapides, percutantes avec le petit coup de pied au cul qu’on redemande inexorablement.

Ce qui est aussi remarquable sur la F430 c’est son niveau de finition. C’est très longtemps resté un problème majeur des Ferrari que la F430 efface bien joliment. On s’en rend très vite compte en regardant le tableau de bord, la qualité de son cuir et des sur-piqures. Les sièges Daytona (une option sur ma F430) sont absolument magnifiques, très agréables et aussi très confortables. La finition très perfectible de ma précédente F355 ainsi que la qualité très médiocre des matériaux sont transfigurés dans la F430 surtout lorsque les ajouts de carbone sont présents. On ne se lasse donc pas de s’asseoir dans cette auto et de regarder l’intérieur juste pour le plaisir des yeux avant même de tourner le clé de contact. On s’y sent bien. Alors oui Maranello auraient pu modifier la qualité de certains plastiques qui comme sur le F355 réagissent mal aux UV, oui la vitre en plexiglass qui fait office de filet anti-remous vibre beaucoup passés 130 km/h, oui vous avez des petits bruits ça et là, mais finalement rien de bien méchant.

Ferrari F430 spider F1 - 14 mois-7

Le bloc moteur est quant à lui sublimé à travers sa vitre. Une oeuvre d’Art que l’on peut admirer à souhait. Quelle belle idée Maranello a eu depuis la 360 modena !

 Le carnet d’entretien de la F430 était limpide depuis sa mise en circulation en avril 2008. En juin 2014, nous avions passé la valise diagnostique chez Fiorano Racing pour notamment voir le taux d’usure de l’embrayage et des freins carbon céramique (CCM). Résultat : usure embrayage à 16,01% et CCM à 7%. En juin 2015 révision au bout d’un an. Il s’agit d’une révision classique qui me coûte environ 1K€. Nous repassons la valise et usure embrayage à 19,5% et CCM à 8,8%. En un peu plus de 4000 kms, l’usure embrayage a augmenté de 3,5% et les CCM de moins de 2%. Autant dire que je ne suis a priori pas prêt de les changer !

Ferrari F430 spider F1 - 14 mois-8

Point important, peu de temps après la livraison j’ai fait installer des suspensions Capristo sur la marmite d’échappement. En effet c’est une partie qui, d’origine, n’est pas suspendue contrairement au bloc moteur. Ce sont donc les collecteurs qui ont une fâcheuse tendance à se fêler. Cet accessoire qui coûte environ 600 euros vous évitera bien des déboires ultérieurement.

IMG_1995

Et puis quand je vois la tête, l’émerveillement, la joie de mes passagers, je me dis que j’ai définitivement fait le bon choix ! Un véritable antidépresseur cette Ferrari F430 spider !

Ferrari F430 spider F1 - 14 mois

Pour ceux qui ont eu le courage de me lire jusqu’à la fin, voici un cadeau de remerciements. Une vidéo d’un ami à bord de cette fameuse Ferrari F430 spider. Top non ?