Alors que le Grand Prix de Formule 1 de Monaco bat son plein, que les qualifications sont terminées et que nous sommes enfin rassurés de l’état du Mexicain Sergio Perez suite à son très spectaculaire accident en sortie de tunnel, je me vais relater le week end précédent à Barcelone et ma fantastique journée au Grand Prix de Formule 1 de Catalogne.

Fernando Alonso dépasse de façon spectaculaire Sebastian Vettel en bout de ligne droite

Rassurez-vous je vous ferai grâce d’un compte-rendu circonstancié du Grand Prix qui apporterait que peu d’intérêt. Je vais en revanche tenter de vous donner l’envie de vivre la formidable expérience d’un Grand Prix de Formule 1 autrement que par l’intermédiaire de votre tube cathodique (ou écran LED si vous préférez!).

Alors comment se déroulent les 3 jours d’un Grand Prix de Formule 1? Que faut-il savoir pour réussir son week end? Combien cela peut-il bien coûter?

Le circuit de Catalunya

Un rapide point sur la situation géographique du circuit de Catalunya où a lieu tous les ans le Grand Prix de Formule 1. Il est situé au nord de Barcelone à 32 kilomètres de la cité catalane. Il est vivement conseillé d’utiliser la ligne R2 de la RENFE (SNCF espagnole) et de s’arrêter à la station Montmeló. Suivront 30 minutes de marche pour rejoindre votre tribune. Des liaisons low cost existent depuis la France pour rejoindre l’Espagne et les hôtels restent abordables. La ville de Barcelone est très agréable et c’est lors d’un week end prolongé où j’ai également profité de la visite fort sympathique de la ville, que je m’y suis déplacé. Vous vous attarderez notamment sur la Sagrada Familia et la Casa batlló toutes deux construites par Antonio Gaudi. A voir absolument!

Un grand prix de Formule 1 ne se limite pas à cette seule discipline mais en réunit 3 autres: la GP3, la GP2 (anti chambre de la F1) et la Supercup Porsche. Idéalement vous y arriverez le vendredi pour suivre les premiers essais libres de l’ensemble des catégories suscitées. A défaut participez au samedi et au dimanche et vous apprécierez de vivre la pression des qualifications.

Jenson Button coéquipier de Lewis Hamilton. Ecurie Mc Laren

Le spectacle est continu, pas le temps de se reposer, vous en prenez plein les yeux et plein les oreilles! Les tribunes et pelouses sont nombreuses et permettent de s’adapter à votre budget. Les tarifs restent pourtant élevés et il est difficile de trouver un billet à moins de 150€ et les meilleures places frisent allègrement les 500€. Je ne parle même pas des accès pitlane ou paddock qui font très vite grimper la note. Sur les conseils d’un ami (merci Georges!) je me positionne en tribune F en fin de ligne droite des stands. Je ne suis pas déçu une seconde du conseil car les formules 1 déboulent en trombe à plus de 300 km/h et entament leur phase de freinage sous nos yeux à quelques 70 mètres du S. Prodigieux.

Mark Webber de Red Bull Racing

J’ai eu la chance d’assister à plusieurs reprises à des Grand Prix de F1. Monaco, Magny-Cours, Barcelone et à chaque fois de constater que ce sport mécanique ne peut se vivre pleinement qu’en live. Les vitesses de passage que la télévision a peine à dynamiser sont absolument incroyables, les pilotes sont des génies du volant. Ces Formules 1 me font penser à des balles de tennis qui quittent la raquette d’un joueur. Les virages se négocient à plat à très vive allure. Il est d’ailleurs très intéressant de suivre les courses GP3, puis GP2 et enfin F1 et de voir l’évolution dans les vitesses de passage. La Formule reste le summum de la discipline.

Fernando Alonso pilote de la Scuderia Ferrari et de cette magnifique Ferrari 150° Italia

Fernando Alonso est une star en Espagne et chacun de ses passages réveille les foules. Il suffit de voir les réactions du public lors de la parade des pilotes pour s’en convaincre!

La parade des pilotes, ici Fernando Alonso

Du très grand spectacle que ces Grands Prix de Formule 1. L’un des regrets que l’on peut avoir est certainement le manque d’âme dans le déroulé des événements. Tout est réglé comme du papier à musique et les pilotes répètent inlassablement les mêmes choses course après course. Ensuite il est très difficile de suivre une course depuis une tribune. Les multiples arrêts, les retardataires font que l’on ne sait plus où on en est, même avec le soutien des grands écrans qui nous donnent le classement. Mais c’est en revanche un moment unique pour contempler le pilotage des ces magiciens du volant, d’être à chaque tour surpris par la vitesse de ces bolides. C’est tout simplement unique au monde!

Michael Schumacher suivi de son co-équipier Nico Rosberg de l'écurie Mercedes GP Petronas F1

Alors si vous avez un week end en amoureux à effectuer et que Madame vous laisse quartier libre 1 jour (ou 2?) choisissez une ville attrayante (Barcelone, Istanbul, Londres, Milan, Monaco…) et filez au Grand Prix de F1. Vous ne serez pas déçu du déplacement. Il nous reste juste à espérer que Bernie Ecclestone  ne conduise pas la F1 dans le mur de la monotype et redonne un intérêt télévisuel. En attendant, délectez vous avec le Grand Prix de Monaco, certainement le plus impressionnant de tous.

Je dédie ce récit à un compagnon de route rencontré à plusieurs reprises lors de sorties automobiles à bord de sa très belle Ferrari 360 Modena Rosso Corsa. Marc alias SCombo nous a quitté la semaine dernière à l’âge de 42 ans. Mes pensées vont vers lui, sa femme Valérie et ses enfants. Marc, où que tu sois, je t’embrasse.