Forte de ses 15 printemps et en dépit d’une peinture refaite en 2003, ma Ferrari F355 Berlinetta nécessitait une rénovation peinture. Je me suis donc mis à la recherche d’un professionnel rompu à cet exercice qui pourra par la même travailler sur l’intérieur de l’automobile.

Pourquoi faire appel à un professionnel? Quel fût mon choix? Quelles sont les étapes clefs d’une rénovation?

Avec le temps, les éléments et un processus de lavage plus ou moins orthodoxe, la peinture de toute voiture se ternit. On voit alors l’apparition d’un voile blanc, de micro rayures voire d’éclats de peinture. Une Ferrari dans son coloris Rosso Corsa ne saurait souffrir de ces traces du temps. Un professionnel est alors à même de vous conseiller, de rectifier et d’embellir votre automobile. Il saura aussi s’attarder sur les jantes et sur l’intérieur pour nettoyer puis traiter métaux, plastiques et cuirs.

Lors de mes recherches, je me suis arrêté sur les produits et les services d’une société Suisse spécialisée qui fut relayée par un excellent article de RacingDrivers. Séduit par le résultat obtenu sur une F355 GTS, j’ai donc pris contact avec l’antenne Parisienne de cette société en appelant Sébastien.

Un jeune homme bien sympathique et professionnel est venu constater les travaux à effectuer sur la voiture et rendez-vous fût pris un mois plus tard pour mettre en oeuvre.

Il est difficile de reproduire fidèlement à travers des photos le travail effectué et la qualité du résultat. Je vous propose néanmoins de vous présenter les quelques étapes clefs qui vous donneront une idée du travail effectué pendant quatre jours sur ma voiture. Pour plus de détails, je vous invite à lire le reportage de Sébastien lors de son travail sur la F355 de RacingDrivers voici deux ans.

La chance était avec nous car c’est avec le soleil que débute cette rénovation.

Durée de la rénovation: 30 heures

Etape 1: Nettoyage (Jour 1)

Cette étape est importante car il est hors de question de travailler sur une surface sale. Après avoir dégraissé les passages de roues, la voiture est entièrement lavée.

Etape 1: le lavage

Etape 2: Décontamination (Jour 1)
Ceci fait souvent sourire. Comment une voiture peut-elle être “contaminée”? Et pourtant à l’aide de la clay-bar, argile de couleur jaune, toutes les impuretés incrustées dans la carrosserie seront enlevées. Un lubrifiant assure un support glissant pour l’argile. Cette étape permet de retirer les insectes, les dépôts liés à la pollution, la sève, les déjections…
Cette étape retire par la même occasion toute la protection de la peinture. Elle ne peut donc être appliquée seule mais doit être associée à la pose d’une cire. Il est conseillé de faire cette décontamination tous les deux ans environ dès que la peinture commence à “accrocher” sous les doigts.
Un dissolvant léger assurera quant à lui le retrait des tâches de goudron.
(Etape 2: la décontamination. Vous aurez remarqué les éclats de peinture sur le bouclier avant)
Etape 3: Relevé de l’épaisseur de peinture (Jour 1)
Un outil de mesure d’épaisseur de peinture appelé PTG (Paint Thickness Gauge) est utilisé pour cette étape. Ceci permet de constater et de référencer les variations d’épaisseur et les endroit plus sensibles lors de l’étape de polissage. Le relevé sur ma voiture fût surprenant. De 200 microns à près de 900 microns, les mesures démontrent une belle couche de peinture avec de grandes variations. Je découvre également que l’intérieur des portières n’a pas été repeint: 80 microns tout au plus!
(Etape 3: le PTG relève l’épaisseur de la peinture à de multiples endroits. Le relevé est reporté sur une feuille pour le polissage)
Etape 4: Retouches de peinture (Jour 2)

Pour une somme inférieure à 10 euros, vous trouverez dans tout bon centre automobile qui se respecte un stylo de retouche peinture dont la couleur se rapproche le plus de celle d’origine. Il est alors temps de repeindre les éclats de peintures principalement situés sur l’avant de la voiture ainsi que sur les rétroviseurs. Un dissolvant et/ou la polisseuse permettront d’égaliser la peinture en trop.

(Etape 4: retouches de peinture permettent de réparer les éclats causés par des projections)
Etape 5: Polissage (Jour 1, 2 et 3)

Cette étape est celle la plus sensible où l’on apprécie la dextérité d’un professionnel. A ne pas mettre entre toutes les mains sous peine de mettre à nue la carrosserie. L’objectif premier du ponçage est de supprimer les micro-rayures de la carrosserie afin de lui redonner brillance, éclat et profondeur. Environ deux microns de peinture seront alors enlevés.
Le polissage s’effectue à l’aide d’une polisseuse et d’un fluide abrasif plus ou moins “dur” (cleaner fluid strong ou medium). Dans notre cas la version strong a été privilégiée.
Le résultat est saisissant mais difficilement visible sur photo.

(Etape 5: le polissage reste la phase la plus délicate, amateurs s’abstenir!)

(Ce premier passage de polissage se fait avec du cleaner fluid strong)
Ci-dessous, Sébastien s’attaque à un voile blanc qui était positionné sur l’aile et la portière. On voit très nettement le travail effectué sur la portière sur la première photo ainsi que les micro rayures sur l’aile et le voile avant polissage. La seconde photo dévoile une aile sans voile ni micro rayures. Edifiant.
(à gauche: micro rayures et voile blanc. à droite la peinture est comme neuve)
(La partie gauche une fois polie: plus de voile, plus de micro rayures)

Le troisième jour, un second polissage est effectué sur l’ensemble de la carrosserie avec du cleaner fluid medium pour la finition et encore plus de profondeur.

(Second passage de polissage avec du cleaner fluid medium)

La photo suivante prise par Sébastien présente un 50/50 édifiant. La partie gauche a été polie, la partie droite est dans son jus d’origine.

(un 50/50 révélateur du travail effectué)

Voici un premier résultat de la partie arrière de la voiture. Plaques d’immatriculation et emblèmes ont été enlevés pour assurer un passage à tous les endroits. Une belle brillance se dégage déjà.

(Le résultat une fois le cleaner fluid medium appliqué lors du second polissage et avant la cire)

Etape 6: Cire de protection (jour 4)

Pour préparer la pose de la cire, la voiture est normalement traitée au cleaner fluid regular qui est un lubrifiant et un primaire qui n’a rien à voir avec les deux cleaner fluid cités plus haut. Dans notre cas, comme la voiture a été polie avant, le cleaner fluid regular n’est pas indispensable. Ce sont alors deux couches de cire qui seront appliquées sur la carrosserie.

(Etape 6: La cire, le tampon et la micro fibre. La première application est effectuée)

La cire utilisée est une crystal Rock. Cette cire très particulière comporte 76% de cire de carnauba issue des feuilles d’un arbre Brésilien: le Copernicia Prunifera. On retrouve d’ailleurs cette cire dans des produits cosmétiques, des mascaras, des cirages mais aussi en confiserie pour son apport en brillance.


La cire est appliquée avec un tampon mousse de façon circulaire ou croisée. On laisse les huiles pénétrer la carrosserie pendant 30 minutes puis on applique la seconde couche sans essuyer la première. Les couches de cire sont essuyées au bout de 30 minutes avec une micro fibre.

(Application la seconde couche de cire)
(On finit par essuyer avec une micro fibre)
Etape 7: Jantes (Jour 4)
Cette étape consiste en 3 applications différentes: décontamination à la clay-bar, application du cleaner fluid regular puis d’une cire spécifique pour jante, la cire Autobahn. Les pneus sont également traités.
L’avantage de ce travail sur les jantes reste que le nettoyage ultérieur ne se fera qu’avec une eau savonneuse et pas avec des produits pour jantes qui agressent la surface.
(Etape 7: les jantes une fois traitées)

Etape 8: Sorties d’échappement (Jour 4)


L’échappement Capristo a été installé début 2009. Les sorties d’échappement étaient donc peu salies. Un traitement au Belgom Alu aura suffit.

(Etape 8: les sorties d’échappement après un traitement au Belgom)



Ainsi s’achève la phase de rénovation extérieure de cette Ferrari F355 Berlinetta. Le temps pour moi de sortir l’appareil photo et de faire mes premiers clichés. Vous remarquerez par la même occasion que nous en avons profité pour apposer les deux écussons Scuderia Ferrari sur les ailes. Je vous invite à lire l’article concernant ces fameux écussons édité récemment sur ce blog.
Le résultat est saisissant, il me reste à remercier Sébastien pour la qualité de son travail. La voiture belle de nature est sublimée par ce travail d’orfèvrerie. Chapeau bas Monsieur! Mais je vous laisse admirer la réalisation.

(Le travail extérieur terminé nous laisse admirer la qualité du travail et par la même occasion les magnifiques emblèmes SF)

Je poursuivrai très prochainement le reportage sur l’intervention à l’intérieur de la voiture. A bientôt donc sur MechanicsInMotion!