Sélectionner une page

Trip to Maranello (part 2)

Trip to Maranello (part 2)

Il est 9h15 en ce jeudi 22 septembre. Notre groupe se déplace à pied en face de l’usine Ferrari pour rejoindre le Garage Toni. Nous sommes reçus par Silvano Toni en personne qui nous fait alors découvrir son antre ou plutôt sa caverne d’Ali Baba remplie de joyaux.

Le garage Toni à Maranello

Ce garage mythique est en quelque sorte la continuité de l’usine Ferrari. Des propriétaires viennent parfois de très loin pour l’entretien de leur Ferrari. Des voitures absolument magnifiques se présentent à nous, plusieurs millions d’euros sont ici immobilisés! Faisons le tour du propriétaire.

Silvano Toni (de face en polo blanc) diffuse sa passion

Le garage principal regorge de voitures anciennes comme cette Ferrari 250 GT berlinetta SWB apparue en 1959.

La Ferrari 250 GT SWB construite entre 1959 et 1962. V12 de 280 ch.

Un intérieur résolument luxueux.

A ses côtés une Ferrari 250 GT « Tour de France ». Cette Ferrari tire son nom eponyme de sa triple victoire au tour de France de 1957, 1958 et 1959.

Ferrari 250 GT berlinetta "Tour de France", un V12 qui passera de 240 à 260 ch

Des formes intemporelles et envoûtantes

La Tour de France est entre de bonnes mains

Pour terminer parmi les plus anciennes nous découvrons la version luxe de la 250 GT: la Lusso.

La Ferrari 250 GT Lusso d'une grande élégance

Cette Lusso subit une grande intervention comme en atteste l’intérieur de l’automobile.

La Lusso sera construite à 351 exemplaires et sera la dernière de la lignée 250.

Au registre des voitures plus récentes, une Dino 246 GT en révision moteur. Cette voiture n’a vraiment pas fini de faire tourner les têtes. D’autant que Silvano nous réserve une surprise pour un peu plus tard…

Dino 246 GT

Voici également une magnifique Daytona au moteur rutilant. On se demande vraiment comment autant d’automobiles peuvent entrer dans un si petit espace!

Ferrari Daytona

Le moteur de la Ferrari Daytona comme neuf!

A la première extrémité du garage une F355 GTS est sur le pont. C’est la voiture d’un des membres de notre groupe qui profite de ce voyage pour récupérer sa belle. A ses côtés un anglais fait de même et confie sa rarissime 550 Barchetta au garage Toni.

Ferrari 550 barchetta d'un ensemble de coloris très harmonieux

Une appellation bien rare car produite à environ 500 exemplaires.

A l’autre extrémité  nous avons peine à croire que devant nous se trouve une F40 mais pas n’importe laquelle. Tout d’abord il s’agit de la voiture de Mr Toni, ensuite il s’agit d’une F40 competizione! Sachez que seuls 10 exemplaires ont été construits. Les deux premiers furent commandés par l’importateur Français Pozzi pour courir aux 24 heures du Mans. Elles furent alors baptisées F40 LM. Le moteur était très largement modifié pour développer quelques 700 chevaux! D’autres clients ont donc souhaité profiter de ces améliorations et l’appellation LM est devenue trop restrictive. Elle s’appellera donc F40 competizione.

Ferrari F40 competizione

F40 Competizione Scuderia Toni

F40 Competizione Scuderia Toni

Incroyable non? surtout que cette F40 competizione produite deux années après les premières productions de la F40 c’est à dire à partir de 1989 est dans un état neuf. Elle semble être bichonnée alors que la belle court! Je suis littéralement scotché à la voiture quand je me rends compte que le groupe n’est plus dans le garage…mais où tout ce beau monde est-il bien passé? Je sors du garage et découvre sur la droite une rampe d’accès particulièrement adaptée aux automobiles…je crains le pire! Et bien oui, Silvano nous découvre une sublime collection de Ferrari…attention au cœur, ça déménage…je reprends un cachet.

Nous avions en bas une Dino et bien ici nous en avons deux dont une GTS…

Ferrari Dino GT et 246 GTS

Un peu plus loin, une authentique Ferrari 308 groupe 4 d’origine usine qui a couru au championnat du monde à la fin des années 70. 11 exemplaires seulement.

Ferrari 308 groupe 4 telle que sortie de l'usine

Une 308 GTB ainsi qu’une F355 challenge achèvent notre visite du premier étage. Le bureau de Silvano vaut également le détour ou plutôt sa bibliothèque qui compile une littérature thématique bien appropriée! Mais aussi quelques miniatures…

Mais refermons les portes de ce garage improbable et remercions bien chaleureusement son propriétaire. Nous allons reprendre nos voitures pour rejoindre notre prochain lieu de visite qui marie artisanat et métallurgie. Allez un peu de patience!

Les portes du garage Toni se referment sur la F40 competizione.

14 commentaires

  1. Paty Dan

    Je n’avais pas bien vu…,? Mais…David..? le deux quatre six rouge est un « GTS »
    ?????????
    Encore B R A V O …! pour ton travail…!

    Réponse
    • MechanicsInMotion

      Merci Dan!

      Réponse
  2. Georges

    A 1500 €, on en a dajà parlé par ailleurs, il ne dépose pas le moteur.
    C’est à conseiller à mon avis une fois sur deux. Pas question de refaire une peinture des caches arbres et vérifier les joints autour.
    Ce tarif là est pratiqué aussi en Angleterre.

    Réponse
    • MechanicsInMotion

      Merci Georges pour cette précision. Difficile dès lors de comparer les prix sans connaitre ce qui est réellement effectué sur la voiture. Fort est de constater que le travail effectué chez Fiorano Racing par exemple ne souffre d’aucune critique et pour un prix presque 2 x moins cher que dans le réseau et avec un travail plus complet.

      Réponse
  3. Sébastien B.

    1,5K, c’est pas possible o_O Hallucinant !

    Réponse
  4. Sébastien B.

    Question peut-être bête mais bon… 🙂 Si les français, anglais et autres européens viennent de si loin, c’est pour les compétences certes, mais aussi je présume des raisons de coûts, n’est-ce pas ?
    Si oui, quelle est justement cette différence ?
    Merci

    Réponse
    • MechanicsInMotion

      Il est évident Sebastien que le prix joue un rôle crucial. Je ne pourrai comparer les prix de façon précise mais pour la grosse révision sur une F355, dans le réseau c’est plus de 10K€, chez un spécialiste Ferrari environ 6K€ et on parle de 1,5K€ chez toni…

      Réponse
  5. Sébastien B.

    Mon Dieu ! Ça pique les yeux !!!

    Réponse
  6. Fab

    Quel pied cette visite, difficile de dire laquelle était la plus belle de ce mini musée. Peut-être les Dino à moins que la 250 GT SWB ou non la Daytona. pfff je sais pas 🙂 faut qu’on y retourne!

    Réponse
    • MechanicsInMotion

      Salut Fab, il est vrai que cette visite du garage Toni à Maranello fut un grand moment de notre voyage qui fit l’unanimité! Endroit insolite, étriqué, brouillon mais voitures incroyables et un Silvano adorable. De bons souvenirs.

      Réponse
  7. MechanicsInMotion

    J’en prends bonne note, surtout de la part d’un habitué des lieux! 🙂

    Réponse
  8. Georges

    La solution existe : c’est d’y retourner régulièrement…

    Réponse
  9. Georges

    Moi aussi j’aurais pris 2 cachets….
    Extraordinaires autos !!!

    Et superbes photos.

    Réponse
    • MechanicsInMotion

      Merci Georges! Comment se remettre d’un tel voyage? Je n’ai pas encore trouvé la solution…
      A très vite de te revoir.

      Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ABONNEZ-VOUS A VOTRE NEWSLETTER