La 17ème édition du Sport & Collection s’est tenue le premier week end du mois de juin. Ce rassemblement baptisé “500 Ferrari contre le cancer” reverse l’ensemble des recettes à la recherche contre le cancer. Je m’y déplace pour la seconde année pendant trois jours, trois journées absolument mémorables.

Pendant 4 jours le circuit du Val de Vienne au Vigeant nous offre un voyage dans les temps automobiles. Toutes les générations y sont représentées. Même si l’accent est porté sur la marque au cheval cabré, vous y découvrirez un plateau multi marque de toute beauté. Sachez-le, ce rassemblement automobile est ouvert au public qui peut approcher les automobiles sans aucune contrainte. La passion se partage et c’est bien la philosophie de ce 17ème Sport & Collection. Vous pourrez aussi faire des baptêmes et abonder les dons pour le CHU de Poitiers.

Une photo qui résume bien la philosophie du Sport & Collection

Après un trajet depuis Paris avec une jumelle, nous avons pris l’option de nous rendre directement sur le circuit afin de récupérer nos accréditations. Le plateau présent est déjà impressionnant, les connaissances déjà nombreuses. Pour le lendemain, nous avons pris l’option Rallye touristique. Bien nous en a pris car en dépit du nombre de kilomètres trop importants de ce rallye (plus de 200 kms), les paysages sont fantastiques. Direction sud ouest vers Angoulème en longeant le Parc National du Périgord Limousin. Notre déjeuner nous immobilise dans le château de Villebois-Lavalette. Le temps pour moi de déployer le matériel et de vous proposer cette visite virtuelle interactive basée sur cinq 360° panoramiques. Je vous propose de vous immerger dans ce rallye et de découvrir parmi les plus belles voitures inscrites. (Cliquez sur le bouton plein écran pour encore plus de plaisir!)


Cette visite est également disponible sur le site officiel Sport & Collection.

Mais il est grand temps de vous faire découvrir une partie du plateau présent sur le circuit du Val de Vienne. Cette année, il est tout simplement exceptionnel malgré une moindre affluence. Les journées sont agrémentées tantôt de tours de circuit pour les propriétaires qui font alors des baptêmes au profit de la recherche contre le cancer, tantôt par des présentations de véhicules de course et de prestige dont un panel très intéressant de Formule 1. C’est parti pour une séance photo! (cliquez sur les photos pour les visionner en grand format)

Ferrari 430 scuderia GT3 rentre au stand

Le safety car, également une Ferrari 430 scuderia GT3

Les Ferrari 333 SP assuraient à elles seules un spectacle incroyable. Efficacité, sonorité, design, rien à redire. Produite en 1994, cette Ferrari 333 SP sera engagée dans le championnat sport-prototypes nord américain IMSA. Ce V12 de 4 litres développe 650 chevaux à 11.000 tr/mn pour 862 kg!

Ferrari 333 SP

Ferrari 333 SP

Maserati Coupe Grand Sport Trofeo, un bruit imposant.

Souvenez-vous de la Gumpert Apollo rouge  que j’ai eu le plaisir de photographier lors du dernier Rallye de Paris 2011 au Trocadéro. Aujourd’hui c’est une bleue qui est au rendez-vous du Sport & Collection. Cette voiture est intéressante à analyser sur circuit: archi puissante et super silencieuse pour une voiture qui développe 900 chevaux. Le propriétaire passionné partage largement avec qui veut l’entendre les caractéristiques de sa supercar. C’est cela aussi le Vigeant.

La Gumpert Apollo V8 biturbo 1200kg 0 à 100 en 3s et 360km/h…

Gumpert Apollo

Dans la série objet rare, nous voici à proximité d’une Maserati. Mais pas n’importe laquelle! Produite en 2004 et 2005 à seulement 50 exemplaires, son châssis et son moteur sont issus de la Ferrari Enzo. Pour son homologation en GT FIA, la calage variable de la distribution disparait et elle perd 30 chevaux pour afficher 630 chevaux. Il s’agit de la Maserati MC12 qui n’en finit pas d’être longue et…tellement attachante.

Maserati MC12 au 17ème Sport & Collection

Peu de temps avant mon départ, j’apprends que l’usine Pagani sera présente sur le circuit du Val de Vienne. Des ingénieurs de Pagani Automobili ainsi qu’Horacio Pagani “himself” seront présents. Je peine à y croire. On annonce également la présence de la toute dernière Pagani Huayra, automobile que j’ai eu l’occasion de voir au salon de Genève 2011 et qui est en ce moment la voiture de mes rêves. Souvenez-vous de l’article à ce sujet sur ce même site.

Et je n’en crois mes yeux quand au fond du stand réservé pour Pagani, Horacio signe des autographes ou plus précisément des posters de la Zonda R.

Horacio Pagani présent au 17ème sport et collection

Cette même Zonda R est présente dans le stand et roule également sur le circuit. Inutile de vous dire que rien ne lui résiste. Dans une sonorité digne d’une Formule 1, la Pagani Zonda R pulvérise tout ce qui roule. Tout ce spectacle avec une majesté dont seules les Pagani en connaissent le secret.

La Pagani Zonda R en attente sur la pitlane

Sur la piste, la Zonda R impressionne. Il est exceptionnel de voir cette automobile tourner sur un circuit. Un grand moment!

Pagani Zonda R que vous ne verrez que sur circuit.

La Pagani Zonda R est produite à 15 exemplaires et ses caractéristiques font froid dans le dos: 1150 kg pour ce V12 AMG de 6 litres et 750 ch. le 0 à 100 est exécuté en 2,7s. Le tout pour 1,75 million d’Euros…

La Pagani Zonda R s'engage sur la piste

Les voitures plus anciennes sont également en nombre. Certaines roulent sur circuit d’autres sont simplement exposées. Tout d’abord cette Ferrari 312 F1 qui s’illustra entre 1966 et 1969. Un plaisir immense de la voir rouler.

La Ferrari 312 F1 conçue par Mauro Forghieri

On ne peut envisager un Sport & Collection sans la désormais mythique Ferrari 250 GTO. Fabriquée à 39 exemplaires entre 1962 et 1964, la Ferrari coûtait 18000 dollars. Elle peut aujourd’hui s’enorgueillir d’être la voiture la plus cher du monde. Sa côte, selon son palmarès évolue entre 15 et 20 millions de dollars! Mais au delà de ces chiffres irréels, cette voiture est belle et la robe bleue nuit du modèle présent n’est pas pour me déplaire.

Ferrari 250 GTO, V12 de 3 litres et 303 ch

Ferrari 250 GTO, plus que 34 exemplaires répertoriés

Aux côtés de la Ferrari 250 GTO, une magnifique Ferrari 250 GT California. On s’imagine très vite à son volant sur la route de la corniche des crêtes en direction de Cassis, cheveux au vent.

Ferrari 250 GT california

Maserati en présence d’une A6GCS de 1953.

La Maserati A6GCS/53, 6 cylindres de 202 ch

Petit clin d’œil au sculpteur sur bronze, Philippe Guegan qui a réalisé une formidable sculpture de la Bugatti type 35. La voici en jaune.

La Bugatti type 35

La Ferrari F50, un incontournable de la marque a fait son effet.

La Ferrari F50

La Ferrari 458 Italia à l’arrivée du rallye organisé pour la journée du samedi.

Ferrari 458 Italia

La Lamborghini Murcielago LP 670-4 SV que vous connaissez bien sur ce site.

Lamborghini Murcielago LP 670-4 SV

La Ferrari 599 GTO, avant-dernière née de Maranello attire les regards à chacune de ses apparitions. Plusieurs exemplaires étaient présents au 17ème Sport et Collection dont celui-ci aux coloris assez particuliers de quoi ne pas passer inaperçu…

Ferrari 599 GTO

Pendant ce temps, je m’empresse de demander à mes gardes du corps de surveiller ma voiture.

Une surveillance rapprochée autour de ma F355 est nécessaire…

Pour terminer ce sujet dédié au 17ème Sport & Collection “500 Ferrari contre le cancer” un clin d’œil à trois amis qui sauront se reconnaître lors de baptêmes haut en couleur et en émotion. Tout d’abord une Ligier Sport Proto puis une KTM X-Bow.

Ligier Sport Proto pilotée par Nicolas Melin et en co-pilote Franck alias Ferrarista

Le retour. La joie est palpable!

Nicolas Melin à bord de sa ligier et Eddy de Caradisiac en co-pilote!

Georges en baptême sur X-Bow

L’heure du retour s’annonce et c’est avec des souvenirs plein la tête que nous regagnons la capitale après 3 jours bien remplis. Cette 17ème édition  est un grand cru, l’organisation se peaufine d’année en année. Un grand bravo à tout ces bénévoles qui assurent l’organisation de ce sport & collection devenu un grand rassemblement automobile pour une bonne et noble cause. L’an prochain, j’y retourne!