Mondial de l’automobile 2014

Les italiennes

Comme tous les deux ans et en alternance avec le salon de Frankfurt, le Mondial de l’Automobile se tient Porte de Versailles à Paris. Alors qu’il y a deux ans les constructeurs étaient au tout électrique, marche arrière cette année :  la mode est à l’hybridation !

On nous a rabâché les oreilles avec le tout électrique alors que le lithium disponible sur la planète (et essentiellement en Bolivie) ne permettrait pas de couvrir tous les besoins mondiaux. Le coût prohibitif du tout électrique ne peut en aucun assurer un déploiement à grande échelle. L’autonomie des véhicules permet d’envisager des déplacements urbains et péri-urbains. Enfin le maillage des stations de recharge est complètement insuffisant pour attirer durablement la clientèle.

Alors on en vient à mon coup de gueule sur le malus dit ” écologique “. Sous le couvert d’une noble cause écologique, il s’agit bel et bien d’un impôt déguisé car à défaut d’alternative réelle au moteur thermique nous n’avons guère le choix que d’acquitter la taxe…

Pour terminer cette introduction sur une note positive, le seul intérêt de cette taxe (si on ne regarde que la France alors que les constructeurs ont une vision mondiale) est la baisse significative des dégagements de CO2 depuis les deux dernières années. Ceci génère une balance négative du système de Bonus/Malus qui ne cesse d’être revu à la hausse…

En 2008 pour des émissions de CO2 supérieures à 200g/km (et 200g c’est pas beaucoup) il fallait acquitter 1600 euros, en 2014 ce sont rien moins que 8000 euros. Et on s’étonne que l’automobile en France ne va pas bien…

Hybridation disais-je. Tous les constructeurs s’y mettent des plus généralistes aux plus prestigieux et vous savez quoi, je ne vais pas en parler ! Je pense que nous aurons l’occasion de parler de modèles hybrides à venir tant c’est la tendance chez tous les constructeurs avec des approches finalement très différentes.

Alors commençons par le cheval cabré qui présente en première mondiale la Ferrari 458 speciale A. “A” pour Aperta qui signifie tout ouvert. A l’instar de la Speciale, la Speciale A est mue par un V8 de 4,5l et 605 chevaux. Elle est à la 458 spider ce que la 16M est à la F430 spider c’est à dire une version à exemplaires limités et au poids optimisé (1,3 tonne). 499 exemplaires qui ont d’ores et déjà tous été réservés alors que le tarif n’a pas été annoncé mais devrait atteindre les 300 000 euros… C’est un de mes deux grands coups de coeur de ce mondial de l’automobile 2014.

La version ici présentée est idéalement personnalisée pour un salon automobile : Giallo Tristrato et carbone bleu. Certainement un peu trop pour une livrée route.

Cette version Speciale A annonce la fin des hostilités autour du modèle 458. Sa remplaçante doit en effet être présentée courant 2015 (salon de Genève ?). On attend cela avec une grande impatience et on se demande bien comment Ferrari pourra remplacer un modèle tellement abouti. Sempiternelle question à laquelle la marque a toujours su répondre… A ses côtés on retrouve non sans plaisir la version coupé. Il faut avouer que cette évolution Speciale rend trop policée la version “normale”.

Ferrari 458 Speciale

Ferrari 458 Speciale

Pour clore ce chapitre “Speciale”, ce sont les derniers modèles sous le règne de Luca Di Montezemolo qui se retire de la présidence de Ferrari. C’est aussi très vraisemblablement le dernier V8 atmosphérique. Une nouvelle ère Turbo est annoncée…une page se tourne.

Pour le reste rien de nouveau sur le stand Ferrari mais toujours autant de plaisir pour les yeux ! Je m’arrête plus particulièrement sur cette F12 berlinetta…

Ferrari F12 berlinetta mondial auto 2014

Ferrari F12 berlinetta mondial auto 2014

Nous quittons alors le stand Ferrari pour aller chez son voisin et non moins cousin Maserati. Là encore rien de nouveau, on reprend le stand du dernier salon de Genève. On retrouve donc le concept car Alfieri.

Je découvre la Maserati Quattroporte dans sa version GTS. Rien à faire je ne me fais pas à la nouvelle Quattroporte…pourtant côté motorisation la GTS a de quoi flatter votre pied droit : V8 de 3,8l qui développe 530 chevaux !

Maserati Quattroporte GTS mondial auto 2014

Maserati Quattroporte GTS mondial auto 2014

 Et enfin la Maserati Grancabrio MC centennial edition (V8 4,7l et 460 ch). On est toujours dans l’attente de la remplaçante de la GranTurismo.

Maserati GranCabrio MC Centennial Edition mondial auto 2014

Non loin de là Alfa Roméo présente un bien joli stand mais sans grande nouveauté. Alors une belle ancienne capte le regard des badauds : une Giulietta Sprint de 1954.

Alfa Roméo Giulietta sprint 1954 mondial auto 2014

On peut contempler une 4C spider et sa ligne d’échappement Akrapovic.

Alfa Roméo 4C echappement akrapovic mondial auto 2014

Alfa Roméo 4C spider mondial auto 2014

Nous quittons le Hall 1 tant le reste n’a qu’un intérêt très relatif. Nous clôturons le tour des italiennes avec Lamborghini qui nous assure une belle transition avec les allemandes.

Trois automobiles couvrent le stand. Une Aventador, une Huracan et le concept Asterion à moteur hybride qui n’est pas sans rappeler à mon sens la Miura. V10 de 5,2l suppléé par deux moteurs électriques qui permet d’atteindre la puissance de 910 chevaux.

Lamborghini Asterion mondial auto 2014

Lamborghini Asterion mondial auto 2014

La remplaçante de la Gallardo présentée à Genève est également présente : L’Huracan LP 610-4.

Lamborghini Huracan LP 610-4 mondial auto 2014

Lamborghini Huracan LP 610-4 mondial auto 2014

Lamborghini Huracan LP 610-4 mondial auto 2014

Et bien évidemment le fleuron de la marque, la Lamborghini Aventador LP 700-4 qui dévoile tous ses atouts pour inviter au voyage …

Lamborghini Aventador LP 700-4 mondial auto 2014

Lamborghini Aventador LP 700-4 mondial auto 2014

Lamborghini Aventador LP 700-4 mondial auto 2014

On se retrouve très vite pour faire le tour des allemandes et du reste de ce qui a retenu mon attention.