Dans un précédent article, je vous présentais le Club Scuderia auquel j’ai adhéré dès sa création début Mars 2010. Ce club crée par Karim Bentala propose un événement deux fois par an: les KB Rossocorsa Day. La troisième édition de cette sortie réservée aux Ferrari a eu lieu le Dimanche 16 Mai 2010. Ce fût pour moi ma première participation et je peux vous le dire d’ores et déjà, je serai parmi les participants de la prochaine édition.

Que sont les KB Rossocorsa Day? Comment s’est déroulée cette troisième édition?

La météo bien maussade des journées précédentes s’est trouvée bien clémente en ce dimanche. A croire que notre créateur est également Tifosi. Le rendez-vous fût donné à 9h en plein Paris et plus précisément sur la Place de la Concorde. Nous prenons donc la route du sud-ouest Parisien vers 7h50 avec mon fils afin d’être parmi les premiers et pouvoir admirer les voitures au fur et à mesure de leur arrivée sur notre lieu de rencontre. Le trajet se fait dans le calme, le temps de nous réveiller quelque peu et de profiter comme de coutume du chant du V8 Ferrari. Quel plaisir de circuler vers la capital sans trafic. A 8h45 nous stationnons Place de la Concorde; quelques rouges sont déjà sur place; Je crois que la journée va être magique…

Les minutes s’égrainent au rythme des arrivées de petits bolides tous plus beaux les uns que les autres. Voici quelques clichés commentés pour vous donner l’eau à la bouche. Le meilleur reste à venir!

Karim a fait une arrivée fracassante tout en glissade sur la toute dernière production de Maranello prêtée par les Etablissements Pozzi.

(Ferrari 458 Italia remplace la déjà très performante F430…tout un programme!)
Quelques voitures exceptionnelles arrivent en ordre dispersé: tout d’abord une Enzo. Effet garanti sur la foule déjà venue nombreuse.
(Ferrari Enzo produite à 399 exemplaires: V12 de 660 chevaux)


La plus rare F50 attire les avertis, les connaisseurs et interroge les autres. Pour ma part voici la première fois que je vois rouler cette fabuleuse supercar qui a succédée à la F40. Une machine incroyable qu’il est vraiment plaisant de voir titiller le bitume.
(Ferrari F50, 349 exemplaires, V12 de 520 chevaux)

(Une poupe reconnaissable entre mille)
Des productions encore plus anciennes ravissent nos sens sur les pavés de la Place de la Concorde. Tout d’abord une 365 Daytona qui en profitera pour “allumer” ses pneumatiques pour notre plus grand plaisir.

(Ferrari 365 GTB/4 Daytona produite de 1968 à 1973 à 1412 exemplaires)
(Cette Daytona ici dans une livrée Giallo Modena développe 352 ch associée à un V12 de 4,4l)

Une 365 GT4/BB apparue en 1973 fait son entrée. Elle fût produite avant la BB512 que j’avais eu le plaisir de vous présenter dans un coloris vert bronze lors des Ferrari Owners’ Days.

(Ferrari 365 GT4/BB produite de 1973 à 1976 à 387 exemplaires)
(365 GT4/BB: V12 de 4,4l et 380ch)

9h30, le convoi s’élance pour rejoindre sa première étape: la base aérienne 217 de Bretigny sur Orge. Les quelques 100 Ferrari remontent en fanfare les Champs-Elysées sous les yeux ébahis des badauds. Le plaisir est largement partagé et ce moment inoubliable. Entendre la résonance de ces fabuleux moteurs sur cette magnifique avenue est une expérience absolument fantastique à vivre. Notre petit périple nous fera découvrir les multiples tunnels qui exacerbent le son des V8 et autres V12 de la marque. Périphérique ouest, A13, A12, N12, A86, N118, A104 pour rejoindre la base aérienne.

(La base aérienne 217 fera office de notre pause petit-déjeuner à l’abris des curieux)

Il est 10h45 lorsque nous nous immobilisons sur la BA 127 pour pleins de bonnes raisons! Tout d’abord un petit déjeuner bien convivial nous permet de remettre les pendules à l’heure. Ensuite, il est grand temps de contempler ces belles autos et de prendre les photos qui s’imposent.

(un mélange de genres comme je les aime: avion et auto)
Quatre Ferrari sont mises en avant scène de par leur exclusivité: F50, F430 16M Scuderia, 458 Italia et Enzo. La 288 GTO que je présente un peu plus bas, quant à elle, nous rejoindra directement sur notre lieu final. J’attends ce moment avec grande impatience.
S’il fallait donner un coup de coeur personnel de ce rassemblement? L’exercice est bien difficile voire impossible tant le plateau est aujourd’hui impressionnant pour tout passionné du cheval cabré. Néanmoins je me lance et vous présente quelques clichés de cette magnifique F360 Challenge Stradale. La Challenge Stradale fût la dernière évolution de la F360 avant la sortie de la F430, sa remplaçante. Venue de Belgique, cette CS arbore un coloris giallo modena du plus bel effet. Associée à la bande blanche optionnelle aux trois couleurs de l’Italie, je la trouve très séduisante. Quant au bruit…j’en ai le souffle coupé!
(La Challenge Stradale est sortie de Maranello entre 2003 et 2004)
(le moteur sous vitre développe 425ch dans cette ultime version: le 0 à 100 en 4,1 s)
(Jantes de grande taille, rétroviseurs extérieurs en carbone permettent en autres de différencier la CS d’une 360 Modena)
(un sigle croisé que très rarement, la CS gagne 110kg et 25ch par rapport à la Modena)

11h30, les moteurs rugissent et le cortège se meut pour rejoindre notre destination finale: le château de Vaux le Vicomte.
Nous rejoignons la Francilienne, puis la A5 pour ensuite prendre les chemins de traverse. Dans un bruit de tonnerre, une 458 Italia suivie d’une 599 Fiorano nous doublent. Quel son incroyable! Quelle rapidité dans les changements de rapport… un autre monde automobile.

La dernière ligne droite délimitée de platanes annonce le château. Les photographes sont venus nombreux. Le château est en réfection sur son aile droite. Le lieu est toujours aussi fabuleux et vaut une visite en famille aux beaux jours.

(La F50 se présente fièrement devant le château de Vaux le Vicomte)
(458 Italia Rosso Corsa)
Avant de vous présenter les dernières merveilles de ce rassemblement, un peu d’histoire sur le château. C’est en 1641 que Nicolas Fouquet alors parlementaire achète cette seigneurie et quinze années seront nécessaires à faire du petit château d’origine, le magnifique chef d’oeuvre que nous connaissons. le château mais aussi les gigantesques jardins valent largement le détour. Fouquet est alors surintendant de Louis XIV. La jalousie du roi lui vaudra la prison à vie et la mise sous scellé du château.
Une voiture rare que je vois pour la première fois rouler s’offre à nous: la 288 GTO.
(Ferrari 288 GTO produite entre 1984 et 1986)
(la 288 GTO devait courir en FIA groupe B. La compétition est annulée avant la sortie de la voiture)
(la Gran Turismo Omologata n’a été produite qu’en 272 exemplaires)
Un déjeuner bien convivial nous attend suivi d’une belle tombola qui va clore cette magnifique journée.
(un plateau tout simplement hallucinant pour cette superbe journée)
Avant de vous permettre de suivre la vidéo de cet événement, je tiens à remercier le Club Scuderia, Karim, Alexandre, Johan entre tant d’autres pour la qualité et la précision de l’organisation. Merci pour le plateau présent et pour la qualité des cadeaux. Mon seul regret est de devoir attendre le 5 septembre pour le KB RossoCorsa Day 4! Merci infiniment.
Mais place à la vidéo qui vous fera partir de la place de la concorde et rejoindre Vaux le Vicomte en moins de 5 minutes…
(Cette video est également disponible en HD 720p sur YouTube. Durée: 4mn47s)